L’énigme Blanca Nieve – Jean Milouet, Librinova, 2020

Depuis la création toute récente de mon blog, j’ai très à coeur de réaliser une chronique par mois d’un titre en auto-édition. J’ai commencé ce challenge il y a peu de temps par Parasites d’Arnaud Codeville, et bien que l’histoire fantastico-horrifique m’ait un peu éloignée de mon genre de prédilection, j’avais apprécié cette lecture divertissante. Je dois ma seconde trouvaille en auto-édition à Jean Milouet et ce mystérieux roman L’énigme Blanca Nieve

J’ai trouvé le synopsis de ce livre attrayant : Marc, 38 ans hérite d’une maison à Montréal, d’une certaine Blanca- Nieve Ruidolfy, décédée voilà deux ans mais dont il n’avait jusqu’à ce jour jamais entendu parler… La quarantaine approchante, Marc n’est pas ce que l’on peut appeler un homme épanoui : banquier en congé sabbatique, il est en froid avec son épouse, il est d’ailleurs question de divorce. Intrigué par cet héritage inattendu, Marc se rend seul au Canada prendre possession des lieux et tenter de comprendre ce qui le lie à cette mystérieuse inconnue, Blanca-Nieve, qui fait de lui son seul bénéficiaire. Là où personnellement j’aurais été survoltée à l’idée d’hériter d’une maison au Canada (mais une nouvelle pareille n’arrive que dans les livres…), Marc, qui nous relate son histoire, n’a pas l’air d’être emballé par ce qui lui arrive. Il est plutôt du genre méfiant, austère et taciturne… Les problèmes avec son épouse le minent… Plusieurs escapades au Canada pour éclaircir le mystère de l’héritage seront pour lui l’occasion de rencontrer une jeune femme, Cloé, avec qui il retrouve ses vingt ans…

Mon avis est partagé sur ce roman: certains aspects de l’histoire m’ont plu alors que d’autres ont refroidi ma lecture. Je commencerai par les points positifs : il n’y a pas d’excès dans la narration, le style est sobre, l’auteur s’en tient aux faits mais parvient à rendre les personnages attachants ou intrigants. On se pose des questions sur ce mystère et quand on croit deviner, on se rend compte que l’on se trompe… L’auteur nous balade entre la France, le Québec et la Catalogne, une petite bouffée d’oxygène bien profitable par les temps qui courent… Un charme un peu désuet se dégage de l’ensemble, notamment par la découverte et l’emménagement de cette maison inhabitée depuis longtemps. Marc se lance dans une quête qui sera à la fois sentimentale et originelle. Elle ressemblera d’ailleurs à une chasse au trésor même si ce qu’il trouve au bout du compte est tout autre: une découverte terrible et bouleversante. J’ai trouvé ce récit assez prenant notamment par l’aspect mystérieux des premiers chapitres, ainsi que par le dénouement qui est plus rythmé.

En revanche, je n’ai pas été convaincue par les explications concernant l’idéologie de la société secrète « La Porte de la Conscience » ni par la tournure scientifique de l’histoire, même s’il me semble que l’idée de départ était bonne. J’aurai sûrement aimé que cet aspect soit plus approfondi et plus fluide. J’ai parfois trouvé la ponctuation et le style assez déroutants, notamment dans la façon de présenter les dialogues, mais cela n’a au final pas gêné ma lecture.

Pour terminer, je pourrais conseiller L’énigme Blanca Nieve aux lecteurs ayant apprécié le roman Sauf d’Hervé Commère, auquel j’ai songé durant ma lecture en raison de plusieurs points communs : le style relativement sobre de l’écriture et les sujets abordés tels que secrets de famille et manipulations.