Quand je ne serai plus là – Linda Green – Editions Préludes, Mai 2020.

Imaginez-vous consulter votre compte Facebook pour y découvrir des posts futuristes de vos proches annonçant votre propre mort ? Comment réagiriez-vous ? C’est l’expérience que va vivre Jess Mount, une jeune femme de 22 ans, qui en lisant son fil d’actualité découvre d’étranges messages la projetant 18 mois plus tard, dans un monde où elle n’existe plus. Son père avec qui elle vit près de Leeds, depuis le décès de sa maman, remercie par le biais de Facebook son entourage pour les marques de sympathie et de condoléances à son égard… Sa meilleure amie Sadie y tient un journal intime dans lequel elle exprime ses regrets suite à sa disparition… Par ces messages qu’elle est la seule à voir, Jess découvre avant l’heure son horrible destin et les événements marquants des mois à venir…

Un livre pour le moins original, de par son contenu donc et de par sa forme: les chapitres proposent les points de vue de deux personnages (Jess et Angela, sa belle-mère), en alternance avec les messages que découvre Jess sur son compte Facebook… En dépit du prologue qui m’a fait suspecté une histoire larmoyante (certains passages sont en effet émouvants), le livre débute d’une façon assez légère et j’ai gardé à tort, durant la première moitié, le terme romance en tête alors qu’il me semblait avoir vu ce livre étiqueté dans la catégorie Thriller… Cela m’a un peu perturbé, car j’étais vraiment inquiète quant à mon choix de lecture (je veux bien faire un pas de côté de temps en temps pour découvrir autre chose que mon genre de prédilection, mais il y a des limites…). Or, la tension monte et le sujet devient grave, actuel, angoissant. Sans spoiler, je dirai que l’histoire est bien plus sombre et bien plus réaliste qu’il n’y parait, hormis l’aspect fantastique des messages futuristes sur les réseaux sociaux… Car finalement c’est ce qui m’a le plus déplu: je m’attendais vraiment à une explication concernant ces messages, même surnaturelle, et bien non je n’en ai pas eu… Il me reste mon imagination pour combler ce manque… La fin du roman me laisse sur ma faim, donc, et j’en suis déçue, car je me suis attachée au personnage de Jess, à son douloureux parcours et à sa force de caractère.

Je ressort assez mitigée de cette lecture, j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour l’héroïne: ce qui lui arrive est véritablement bouleversant et peut toucher la plupart d’entre nous. L’intrigue m’a happée et je me suis souvent demandé où tout cela allait nous mener, malheureusement le dénouement ne m’a pas convaincu. Je pense toutefois que ce roman ravira les lecteurs de Guillaume Musso, dont l’univers romanesque me semble assez proche.

Je remercie Net Galley et les Editions Préludes de m’avoir confié ce roman.