Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est patrick-cargnelutti-succession-1.jpg

Succession – Patrick Cargnelutti – Editions Black Piranha, Septembre 2020.

Je vous livre mon avis sur un polar très noir signé Patrick Cargnelutti : attention, je suis encore sous le choc de cette lecture ultra-réaliste et impitoyable ! Une immersion totale et brutale dans un monde de violence, de corruption et de trahison qui n’épargne personne.

L’intrigue s’étire sur plusieurs années, de 2012 à 2018, entre la France et le Kimbavu. Un mot sur ce pays imaginaire que l’auteur situe en Afrique Centrale, et pour lequel il s’est inspiré de données bien réelles sur le Togo, le Gabon et le Congo: le Kimbavu est une zone de non-droit administrée par des milices barbares, c’est un territoire opaque où ont lieu des trafics en tous genres, régi par un régime autoritaire prônant des valeurs régressives. Le président Dembéla, très âgé, prépare sa succession…

Le récit commence ainsi: en 2012, dans la banlieue de Kisangani, Cyrille Varennes, un ancien militaire des forces spéciales se voit proposer une mission de sécurité sur un site d’exploitation de la société MMK, import-export et transports de bois exotiques implantée dans plusieurs pays africains dont le Kimbavu. Il sera à la tête d’une de ces fameuses milices… En France, à la même époque, la campagne présidentielle bat son plein : le gouvernement est très intéressé par les richesses en bois du Kimbavu et veut être le seul pays partenaire du nouveau pouvoir après la mort du président Dembéla… Pour cela, tous les coups sont permis: de façon très réaliste, Patrick Cargnelutti nous laisse entrevoir les mécanismes utilisés par ces politiciens pour atteindre leur but… Et leur hypocrisie : ils sont à l’origine d’une guerre civile qui entraînera des milliers de réfugiés, mais préfèrent minimiser les faits en parlant de « troubles ethniques »… Glaçant et révoltant.

Les scènes de guérillas sont plus vraies que nature, sanglantes, sauvages, bestiales! Entre récit de guerre ou combat imaginaire, nul doute que Succession est un miroir qui reflète la réalité. Certains passages retranscrivent l’horreur pure, attention aux âmes sensibles ! Un mot sur le style d’écriture de Patrick Cargnelutti : franc, acerbe, tonique, parfaitement adapté au sujet. Quatre parties dans ce roman où la tension monte sans relâche jusqu’au dénouement.

De très nombreux personnages jalonnent ce roman, tous si bien dessinés que l’on ne s’y perd jamais : hauts en couleurs pour les politiques, divisés par la diversité de leurs opinions mais dont le but ultime est l’accès au pouvoir. D’autres auxquels on s’attache indéniablement tant l’auteur les dépeint avec conviction : à la tête de la société MMK, J.F Morriset sera un pion au service des politiques… Lui et sa famille: sa fille Mathide, son gendre Maxime Pelletier: on s’attache oui, à nos risques et périls… Et d’autres encore, Romuald Delperrier, assistant de Morriset, mais aussi Egbéblé, chef de village prêt à tout pour venger la mort de sa fille… et son fils Mwikiza. Des personnages que l’on qualifiera de « victimes collatérales », on assiste impuissant à la destruction d’une famille et de tout un peuple par des politiciens corrompus, avides de pouvoir et d’argent. Ne cherchez pas le salut dans ces pages, vous ne le trouverez pas.

Coup de coeur pour cet incroyable roman! Un immense merci à l’auteur et aux Editions Piranha pour cette proposition de lecture : je garderai longtemps en tête ce pays du Kimbavu et cette sanglante épopée… Chers lecteurs, un conseil : prenez bien votre respiration avant d’entrer dans ce roman, vous soufflerez quand vous l’aurez refermé, mais ne le ratez pas car les livres de cette intensité sont rares !