Cap Canaille – Christophe Gavat – Editions Fayard, 4 Novembre 2020.

Prix du Quai des Orfèvres 2021, Cap Canaille est le second roman de Christophe Gavat, commissaire divisionnaire en poste en Guadeloupe.

Avril 2018, Marseille. Ancien du 36 quai des Orfèvres, le commandant Henri Saint-Donat, récemment arrivé dans les Bouches-du-Rhône, est confronté à son premier « barbecue »: un corps carbonisé est retrouvé dans une voiture brûlée. L’équipe d’enquêteurs penche pour un règlement de compte entre voyous des cités nord, mais les résultats d’autopsie révèle une victime inattendue : une ancienne connaissance parisienne de Saint-Donat, que le commandant ne s’imaginait pas finir calcinée dans le coffre d’une voiture marseillaise.

Rien de tel que le récit d’une enquête policière par un auteur lui-même policier, gradé de surcroit: diverses facettes du métier sont habilement évoquées, le jargon policier utilisé est expliqué, les dialogues sont relevés, ponctués de pics et de surnoms entre collègues… Tout cela sonne vrai, colle à la peau de protagonistes auxquels on s’attache indubitablement. L’auteur sait y faire : la vie privée des personnages, souvent malmenée par les impératifs du métier, apporte au roman son aspect le plus fictif, mais là encore on est dans le vrai, dans l’humain. J’ai particulièrement aimé Henri Saint-Donat: le motard chevronné qui promène sa belle sur les hauteurs de Cassis, traînant avec lui ses blessures d’homme et de père, que l’on découvre au fur et à mesure du roman. J’ai aimé son côté atypique de policier admiratif d’un voyou, pas de n’importe quel voyou puisqu’il s’agit d’une femme distinguée, « une Arsène Lupin » aussi efficace que séduisante.

Des descriptions sublimes de paysages méditerranéens aux investigations dans les rues de Marseille, toujours cette impression d’y être ! Le réalisme transmis dans ce roman est certainement la clé de sa nomination au Prix du Quai des Orfèvres. Je remercie Net Galley et les Editions Fayard pour cette lecture.