Murder Game – Rachel Abbott – Belfond Noir, Mars 2021.

Murder Game est un thriller psychologique en huis-clos: des jeunes gens sont invités à « rejouer » le déroulement d’une soirée où a eu lieu un meurtre, dans le cadre idyllique d’un manoir côtier en Cornouailles.

La première fois que Jemma s’est rendue au manoir de Polskirrin, c’était avec Matt, son époux, pour célébrer le mariage du richissime Lucas Jarrett.
Jamais elle n’oubliera la vue saisissante de cette demeure dominant la mer, perchée sur un éperon de Cornouailles. Jamais, non plus, elle n’oubliera la vue du corps sans vie d’Alex, la sœur du marié, le jour des noces, sur cette plage de galets…
Un an plus tard, les invités sont de retour à Polskirrin, à la demande de Lucas. Pourquoi ce dernier tient-il tant à célébrer le premier anniversaire de ses noces funestes ?
C’est en réalité à une fête macabre qu’il les a conviés, un murder game visant à faire rejouer à chacun son rôle de l’an passé et révéler ainsi la vérité sur la mort d’Alex. Mêmes personnes, mêmes tenues, même repas, mêmes discussions, la nuit qui a vu mourir la jeune femme se répète dans une mise en scène terrifiante.
Apparences trompeuses, manipulation et faux-semblants : Rachel Abbott déploie tout l’éventail de son talent dans un roman à énigme digne d’Agatha Christie.

Le point de vue narratif que choisit l’auteure est judicieux: Jemma est un personnage à part de cette bande d’amis qui se connaissent depuis l’enfance et ont des souvenirs en commun dont elle ignore tout. Etrangement, son mari Matt n’a pas été très loquace sur ce sujet… Elle les découvre donc, tout comme nous par son intermédiaire, et les observe attentivement pour tenter de deviner leurs liens, objectif qui s’avère assez ardu, tant leur passé est chargé de secrets, de non-dits, qui viennent impacter insidieusement le présent.

Sont évoquées trois périodes : le drame sordide que vit Alex adolescente, le mariage de Lucas et Nina, et un an plus tard, le « jeu » de reconstitution du meurtre d’Alex. Le démarrage se fait en douceur par l’arrivée des invités dans un manoir de Cornouailles paradisiaque. Rapidement, la présence d’Alex, la sœur du futur marié intrigue : se retrouver après de longues années auprès de ses amis d’enfance semble réveiller en elle un traumatisme enfoui… Quel est ce drame dont il est interdit de parler ?

Le lecteur avance à tâtons entre ces diverses époques, suspendu à la tension croissante instiguée par l’auteure : révélations, rebondissements foisonnent jusqu’à un final inattendu. Ce roman se lit rapidement tant l’envie est grande de progresser dans l’intrigue. L’inspectrice Stéphanie King est un personnage récurrent de Rachel Abbott, je serai ravie de découvrir « Ce qui ne tue pas« , sa première affaire tant celle-ci m’a plu. Je remercie les Editions Belfond Noir ainsi que la plateforme NetGalley pour cette lecture.