Nature et amertume – Francis Dolmani – Librinova, Mars 2021.

Je remercie tout d’abord Francis Dolmani de m’avoir contactée via Simplement Pro pour me proposer de découvrir l’un de ses romans en autoédition. Parmi d’autres titres de l’auteur dont le genre diffère, j’ai choisi Nature et amertume car d’une part il s’agit d’un roman noir et d’autre part il traite d’un sujet d’actualité que l’on ne peut ignorer, celui du militantisme écologique.

Après une expérience malheureuse dans l’enseignement prioritaire, Chloé Dufour, une Grenobloise de 23 ans rencontre sur les bancs de la fac Noémie Leblanc, une militante écologiste, volontaire et déterminée. Pour s’investir plus intensément dans la cause qu’elles défendent, notamment en intégrant le mouvement « Ecologie Véritable », les deux jeunes femmes acceptent une mission en autosuffisance dans un refuge isolé des Alpes. Coupées du monde, elles ont pour but de retrouver la nature et ses bienfaits, avec pour seule compagnie un ancien berger septuagénaire. C’est dans cet environnement rustique qu’elles vont rencontrer Isabelle et Valérie, deux membres dirigeants du mouvement qui leur proposent une autre mission d’envergure cette fois, aux enjeux considérables et aux effets irréversibles…

Le roman est très court, mais contient un concentré de réflexion sur l’intégrisme écologique. Dès le premier chapitre qui relate leur rencontre, les motivations des deux jeunes femmes sont claires et précises : troquer le confort de la modernité pour retrouver une approche plus respectueuse de la nature. Sont-elles prêtes à changer leur mode de vie de citadine pour renouer avec des valeurs idéologiques où l’on prône le respect de l’environnement ? Au fil des pages, le pari semble difficile à tenir pour les deux étudiantes, enfermées dans un huis-clos où la tension monte de façon imparable. Leurs caractères sont opposés: la douce et dilettante Chloé est beaucoup moins intègre que Noémie, fervente militante, qui ambitionne de diriger le mouvement pour dénoncer l’hégémonie des grands groupes. La première suit son modèle, sans grande conviction, mais c’est ensemble qu’elles vont accepter de suivre les dirigeantes du mouvement dans un projet fou. A leur image, Isabelle et Valérie, sont le contre-exemple même de ce qu’elles prônent : elles souhaitent que les jeunes femmes agissent en binôme alors qu’elles sont elles même incapables de s’entendre et de se respecter. Comme pour tout mouvement extrémiste, la viabilité du groupe Ecologie Véritable est vouée à l’échec, car la lutte pour le pouvoir est un frein à une organisation structurée. La tension monte irrémédiablement, on sait que ça va mal finir, mais on ne s’imagine pas à quel point…

L’écriture de Francis Dolmani est fluide et maîtrisée, et dénonce dans ce roman qui est à la fois un thriller psychologique, un conte philosophique et un pamphlet satirique, la violence de certains mouvements radicaux et l’absurdité de leur fonctionnement. Le huis-clos intense entre les personnages, leur incompréhension les uns vis à vis des autres, leur manque d’humanité, m’évoquent également certains pièces issues du théâtre de l’absurde.

Que vous dire d’autre, si ce n’est que Nature et amertume mérite d’être lu : c’est tout à fait le genre de roman que je suis ravie de découvrir, preuve que l’autoédition recèle de petites pépites !