Le hors la vie – Yann Zolets – Vérone Editions – Mars 2021.

Je suis un agent de l’ombre. J’ai tué pour l’État, sans compter et sans conviction, avec application et discipline. La vie m’a rapidement abandonné. Alors, à mon tour, je l’ai reniée et je me suis égaré sur les champs de bataille. Du Caucase à l’Iran, des jungles colombiennes aux rues de Paris, j’ai croisé d’autres spadassins, égarés comme moi dans la violence et dans la nuit. Puis, est arrivée cette belle éclaircie, comme un léger vent de bonheur sur mon existence dévastée. J’ai baissé la garde et j’y ai cru de toute ma naïveté. Mais le bonheur s’est évaporé en un clin d’œil, apeuré par les fantômes lancés à ma poursuite. J’ai alors repris les armes, affaibli et meurtri. Il n’y avait plus de répit. Moi qui ai tant vécu, je n’existe déjà plus..

Si j’ai eu un peu de mal à m’imprégner des premiers chapitres de ce roman, j’ai eu beaucoup de regret à le terminer tant j’ai finalement été happée par le récit: au fil de celui-ci se développe progressivement une addiction ainsi qu’un attachement pour des personnages forts, réalistes et bouleversants. Parce qu’il évolue dans un monde où le secret prime, les premiers chapitres en disent peu sur le héros que l’on apprend à connaître au fil des pages : Dimitri, Dima pour les proches, est un ancien membre des commandos d’élite de la Marine, devenu soldat de l’ombre des renseignements français. Sur deux périodes différentes, en de multiples endroits du globe, nous suivons Dima au gré de ses missions: il nous livre, comme dans un témoignage, les difficultés auxquelles l’expose son métier. Braver le danger jusqu’à l’abnégation de sa propre existence, se voir mourir à maintes reprises pour que ne survive qu’un fantôme incapable de se projeter dans sa vie future, tel est le quotidien de ces hommes de l’ombre qui sacrifient leur vie pour notre sécurité.

Le destin de Dima est hors du commun et pourtant si cruel : sauver des vies, en sacrifier, tout en assumant l’impact de ses actes et le poids des souvenirs. Son métier l’oblige à une extrême solitude, car même s’il semble entouré, rien ne dure jamais. Une vie normale est impossible car elle serait jalonnée de multiples allers-retours en enfer. On pardonne à Dima ses actes, ses trahisons car il les paye au prix fort: amours, amitiés, famille, rien ne résiste. Autant de regrets, d’incertitudes et d’amertume, parfaitement retranscrits sous la plume réaliste de Yann Zolets. Le ton est juste, les mots résonnent de vérité, et entre des lignes parfois rudes se cache une sensibilité poignante.

Si l’aspect espionnage peut rebuter, mes lectures sur ce thème m’ont toujours démontré qu’à l’inverse le côté humain qui ressort de ce genre de roman est véritablement passionnant. Tel était le cas encore cette fois-ci. Je ne peux que vous recommander la découverte de cet atypique roman. Un grand merci à Maud (du blog LesLecturesdeMaud.com) pour m’avoir recommandée auprès de l’auteur (voir son avis ici). Un grand merci à Yann Zolets lui-même ainsi qu’aux Editions Vérone pour l’envoi de ce roman.