Paria – Richard Krawiec – Editions 10/18 – 19 Août 2021.

Dans les années soixante, Stewie un garçon timide et empoté vit dans une petite ville des Etats-Unis, entre un père raciste et une mère frivole. Il sympathise avec Emmett, un jeune noir de son école mais suit surtout Doyle et Murphy, deux délinquants, qui l’entrainent malgré lui sur la mauvaise voie. Lorsque Masha, une immigrée polonaise arrive au collège, Stewie en tombe amoureux, mais est rapidement jaloux surtout lorsqu’il apprend qu’elle sortait auparavant avec Emmett. Un jour Masha est retrouvée violée et lardée de coups de couteaux dans le local technique du collège.

De nombreuses années plus tard, Stewie, Stewart Rome est devenu maire de cette petite ville. Il se rappelle ce sordide fait divers. Emmett a été rapidement arrêté suite au meurtre de Masha, mais était-il coupable? De quoi se souvient réellement Stewart, le narrateur, trop impliqué pour être totalement innocent ?

Paria pose un regard profond sur les bas-fonds de la société américaine des années 60 : une société impitoyable où règnent la haine raciale, la violence et la misère qui n’épargne personne. Ce roman a tous les codes du roman noir mais le contexte social qui y particulièrement développé, en est le véritable sujet. La question « qui a tué Masha? » devient secondaire, le crime d’ailleurs est l’aboutissement d’un récit tout en tensions, où l’on s’attend au pire à chaque page. Le suspense est entretenu par des personnages brisés qui sont en permanence sur la corde, on sait qu’ils peuvent basculer à chaque seconde. Richard Krawiec réalise avec brio le portrait d’une adolescence en crise et d’une classe ouvrière minée par la peur et le racisme.

La préface signée Hervé Le Corre rend hommage à l’œuvre de Richard Krawiec et m’a donné envie de la découvrir. Je remercie les Editions 10/18 ainsi que NetGalley pour la lecture de ce roman.