Eaux sombres – Susanne Jansson – Presses de La Cité – Septembre 2021.

Martin et sa famille viennent d’emménager dans l’ancienne résidence d’été de ses parents, une petite maison de pécheur située sur l’île d’Orust, au large des côtes de la Suède. Un jour de janvier, Martin perd de vue son fils Adam, âgé de trois ans, durant quelques minutes, le temps de répondre au téléphone, On ne retrouvera de lui qu’un seau flottant sur les vagues et une botte esseulée. La police conclut rapidement à la noyade et clôt l’enquête. Rongé par la culpabilité, Matin souffre de dépression, abandonne son métier et s’isole de sa famille. Seule Maya, une ex-photographe judiciaire, installée ponctuellement sur l’île, parvient à l’approcher et à le convaincre de suivre d’autres pistes non élucidées : celle de deux frères qui harcelaient leur famille quelques mois plus tôt et également celle d’un mystérieux journal trouvé dans le grenier de la maison, mentionnant les propriétaires successifs dont certains ont été tué le même jour qu’Adam, à des décennies d’intervalle.

Voici une belle et triste histoire que nous livre cette auteure suédoise aujourd’hui disparue. Le mystère plane sur les eaux sombres entourant les rochers de l’île d’Orust, en période hivernale et dans un contexte assez glaçant : un petit garçon se soustrait quelques secondes à l’attention de son père et la catastrophe arrive, rappelant à tous combien il faut être vigilant. Le roman s’ouvre sur un très beau prologue, poétique envoûtant et prometteur. Promesse tenue, ce roman, sans être truffé d’action, entraîne le lecteur dans une atmosphère sombre et doucereuse propre aux romans suédois, dans la lignée de Viveca Sten ou Camilla Läckberg. La disparition d’Adam arrive très rapidement, mais l’auteure prend un soin méticuleux à définir le cadre et les relations entre les personnages. Le rythme descriptif est assez lent mais agréable et nécessaire. Ce roman marque par la rareté de ses dialogues, la relation entre Maya et Martin étant essentiellement axée vers un seul but : comprendre ce qu’il s’est passé., et retrouver Adam.

Cette lecture oscille entre thriller psychologique, roman policier et fable fantastique, les mythes et légendes nordiques ne sont pas bien loin de ces eaux glaciales, dans lesquelles les corps et les âmes humaines peuvent sombrer. Je vous conseille ce roman particulièrement envoûtant et énigmatique jusqu’à la dernière page! Je remercie les Editions Presses de la Cité et #Netgalley pour cette lecture.