Mort sur le Transsibérien – C.J Farrington, une enquête d’Olga Pouchkine, tome 1 – Hugo & Compagnie – 04/11/2021.

Olga Pouchkine est garde-barrière dans le village de Roslazny en Sibérie occidentale, où elle veille quotidiennement au passage du fameux Transsibérien. A 35 ans, elle vit encore avec son père et son hérisson en rêvant de rejoindre l’université de Tomsk pour étudier car férue de littérature elle souhaite devenir écrivain. Elle économise chaque rouble pour ce projet, espérant quitter au plus vite ce village où rien ne se passe. Mais deux évènements viennent perturber ses habitudes : elle reçoit une lettre anonyme calomnieuse en dépit de la bonté notoire dont elle fait preuve envers ses proches. Que lui reproche t-on et qui peut lui en vouloir ?

Lorsqu’un touriste américain est éjecté du train, la gorge tranchée et des pièces de monnaies enfouies dans la bouche, l’inspecteur en charge de l’enquête, le séduisant Vassily, enfant du pays, est suspecté et emprisonné par son supérieur, le lieutenant colonel Babikov. Celui-ci est un manipulateur prêt à tout, à quinze jours des élections, pour devenir le maire de Roslazny… Pour disculper son ami d’enfance, Olga mène elle-même l’enquête pour confondre le criminel, qui se trouvait à bord du Transsibérien…

J’aime lorsqu’un roman me transporte en pays étranger, vers d’autres lieux et coutumes, j’ai ressenti ce dépaysement avec Mort sur le Transsibérien: le grand froid sibérien, les habitants plutôt alcoolisés, les hommes de pouvoir très corrompus, les problématiques politiques et l’opposition aux Etats-Unis qui se ressent jusque dans les petits villages… Les personnages de ce roman m’ont en tout cas fait aimé ce voyage. Notamment Olga Pouchkine dont le caractère opiniâtre m’a beaucoup plu. Malheureusement, et en dépit d’un bon démarrage, l’intrigue s’enlise dans des explications répétitives au détriment de l’action, tout de même nécessaire pour maintenir le suspense du récit. L’impression de lenteur est accentuée par des chapitres extrêmement longs. De plus, les enquêteurs émettent très vite des hypothèses sur le meurtrier qui se révèlent par la suite exactes, il y a donc peu d’effet de surprise. Le final est pourtant intéressant et original. Je ne suis donc pas entièrement convaincue par cette lecture, même si j’ai apprécié l’atmosphère particulière et les personnages charismatiques de ce roman.

Je remercie les Editions Hugo et Compagnie et Netgalley pour la découverte de ce titre.