La vraie vie – Adeline Dieudonné – L’Iconoclaste – Août 2018.

La vrai vie raconte l’histoire d’une adolescente dont le prénom n’est pas mentionné, nous la baptiserons Elle. Elle vit dans un pavillon de banlieue, au cœur d’un lotissement qui ressemble à beaucoup d’autres. Elle est issue d’une famille dysfonctionnelle: un père, tyran alcoolique passionné de chasse et de whisky, terrorise ses proches. La mère est une amibe (un micro-organisme), autrement dit un être craintif qui vit non pas dans l’ombre de son mari, mais sous la botte de celui-ci: elle ne vit pas, elle survit, rase les murs, esquive les coups… ou pas. Entre Elle et son petit frère Gilles nait un amour inconditionnel, pour pallier au manque de tendresse et d’attention des parents. Les deux enfants passent leur temps libre à jouer dans une casse de voitures, pour s’évader de leur quotidien et rêver leur avenir jusqu’à ce qu’un violent accident bouleverse leur vie. Gilles ne rit plus, se renferme et court à la catastrophe, sa sœur a dix ans mais voudrait revenir en arrière, modifier le passé comme dans « Retour vers le futur » pour effacer l’accident qui les a traumatisés. Car il s’agit d’une erreur, d’un bug dans la matrice, la vie ne peut pas se passer comme ça et quand on fait un pas dans la boue, on fait juste marche arrière pour ne pas s’enliser. Alors Elle s’emploie à trouver une solution pour sauver son petit frère, lui faire retrouver le sourire avant que le mal ne prenne totalement possession de lui…

Récit court mais d’une intensité bouleversante, la plume d’Adeline Dieudonné est lumineuse, campe des personnages et des situations comme sur un instantané, prenant le lecteur aux tripes : lorsque le pire surgit dans leur vie, Gilles et sa soeur sont deux gamins quasiment livrés à eux-mêmes tant les carences affectives sont palpables. Gilles ne parvient pas à faire face au traumatisme et développe d’inquiétants troubles psychologiques. A l’inverse, Elle fait preuve de force et d’inventivité pour surmonter cette épreuve qui la touche pourtant, et aider son jeune frère à s’en sortir. Elle est très douée, c’est un petit génie de la physique, elle compte là-dessus pour trouver une solution à leurs problèmes et remettre leur vie dans le bon sens. Ce roman nous mène véritablement là où on ne s’y attend pas, de manière drôle, poétique parfois, violente souvent. En lisant ce roman, on est pris dans un tourbillon d’ingéniosité, on traverse un univers étonnant, des plus sombres tout de même, on se confronte à une façon très originale de voir les choses. Cette histoire n’est pas sans me rappeler l’univers de Stephen King : l’apparition subite d’un évènement choquant va bouleverser considérablement le cours d’une vie. J’ai beaucoup aimé cette approche et la façon dont l’autrice maitrise son récit pour en faire à la fois un roman initiatique, un roman noir et un drame sociétal. Un excellent premier roman.