Meurtres en Gévaudan – Florence Metge – Stories by Fictia – Mars 2021.

En juin 2017, dans la petite ville de Saint-Chély-d’Apcher, en Lozère, le corps d’une lycéenne est retrouvé à moitié dévoré au pied de la statue de la bête du Gévaudan. Cet évènement ne manque pas de rappeler aux habitants les crimes épouvantables commis 250 ans plus tôt par cette mystérieuse créature, que personne n’a jamais réellement su identifier.

En avril 2018, dans le village voisin de Sainte-Lucie, Faustine une jeune parisienne avide de changer de vie décide de rénover l’ancienne maison de famille dont elle a hérité. Située à proximité du Parc des Loups du Gévaudan, la propriété est l’endroit idéal pour ouvrir des chambres d’hôtes. Faustine se lance dans les travaux mais son projet est bouleversé lorsque les entrepreneurs découvrent en lieu et place de la future piscine le cadavre d’une femme, enterré dans le jardin. Existe t-il un lien entre ces évènements ?

Il n’y a pas que les auteurs nordiques capables de dénicher les coins les plus reculés pour bâtir des récits intrigants et sombres, Florence Metge nous entraine dans ce petit village de Lozère, un peu à la façon de Ragnar Jonasson, dans son roman Dix âmes pas plus, l’un de mes derniers livres lus, mais je quitte le froid islandais pour le soleil printanier occitan et ça n’a pas été pour me déplaire, bien au contraire ! Tout d’abord, je trouve que l’auteure rend un bel hommage à cette région, on sent qu’elle y a séjourné ou vécu, peut-être y a t-elle même ses racines ? Personnellement je garde de la Lozère d’inoubliables souvenirs de vacances, j’étais donc ravie de me plonger dans ce roman et de redécouvrir la légende de la bête du Gévaudan. L’auteure amène habilement ce sujet : un premier crime, celui d’une jeune fille dont le corps est lacéré de morsures, est retrouvé au pied de la célèbre statue de la bête… Puis Faustine, qui ambitionne d’écrire un roman, se plonge sporadiquement dans la lecture d’un livre historique sur le mythe, c’est en sa compagnie que nous nous remémorons les terribles crimes qui ont traumatisé la population d’une région et durablement marqué la culture populaire. En parallèle de cette lecture se déroule l’enquête sur la découverte du corps dans le jardin de Faustine. La découverte de corps démembrés, en partie dévorés avec ce contexte historique en toile de fond… de quoi intriguer et faire irrémédiablement monter la tension ! Tout tourne autour des loups dans cette région et là aussi j’ai été séduite: leurs hurlements sont omniprésents la nuit en raison de la proximité avec le parc animalier. Le sujet est d’actualité et divise: les loups reviennent dans nos campagnes, représentent-ils encore aujourd’hui une menace, pour les animaux et les humains?

En dépit d’un dénouement assez simple, le récit est bien mené, le suspense est présent, d’autant plus que après la découverte d’un cadavre dans son jardin il est difficile pour Faustine de résister à la paranoïa… Elle rencontre rapidement ses voisins, peu nombreux dans ce hameau isolé : Anthony le restaurateur du parc, Romain le directeur de celui-ci, et Jérémy l’artisan plombier venu réaliser des travaux dans la propriété. Je vous l’avoue il y a un aspect romance qui m’a quelque peu dérangée mais j’ai survécu ! Et puis j’ai apprécié le personnage de Faustine, ses choix, ses doutes et sa persévérance. En bref, Meurtres en Gévaudan est une lecture très agréable, simple et ensoleillée, idéale pour les vacances.

Je remercie Florence Metge de m’avoir invitée via Simplement Pro à découvrir ce premier roman prometteur, et de m’avoir offert cette jolie balade en Lozère.