De l’or et des larmes – Isabelle Villain – Taurnada Editions – 13/01/2022.

A quelques mois des Jeux Olympiques de 2024, l’équipe française de gymnastique perd son entraineur, Jean-Luc Provost, dans un terrible accident de voiture. Après expertise, il s’avère que les freins ont été sabotés, ce qui transforme l’accident en homicide volontaire. La commandante Rebecca de Lost se voit confiée cette affaire sensible, avec un impératif de taille: résoudre rapidement l’enquête en faisant face à une importante pression médiatique. J.L Provost était en effet l’homme susceptible de mener la France à la médaille d’or, ce qui rend son assassinat particulièrement incompréhensible!

Isabelle Villain nous entraine dans l’univers impitoyable du sport de haut-niveau, un monde où ne priment que la ténacité à l’entrainement, l’acharnement, la persévérance, le tout dans un seul et unique but : obtenir le Graal, l’or olympique. De jeunes athlètes, entrainés dès leur plus jeune âge, conditionnés du matin au soir sept jours sur sept, pour atteindre la plus haute marche du podium, voient leur enfance et leur adolescence sacrifiée dans cet unique objectif, hélas souvent illusoire. En tant qu’ancienne athlète, Isabelle Villain connait particulièrement les problématiques liées à cette idéologie sportive implacable et les retranscrit dans ce roman avec beaucoup de justesse et d’empathie. On comprend parfaitement les motivations de ces jeunes élus et de leurs familles dans leur quête de la médaille d’or, en dépit des sacrifices et de la mise en danger physique et mentale que cela implique. Beaucoup d’appelés et peu d’élus dans ce monde cruel, qui laisse sur le carreau ceux qui n’atteignent pas l’excellence. Une fois lancés dans la spirale de réussite les athlètes ne peuvent faire marche à arrière car le sport est devenu toute leur vie. Cet univers bien réel, brillamment décrit par l’autrice est en lui-même assez vertigineux et glaçant. A cela, Isabelle Villain rajoute une enquête, pour le moins sordide et là je vous avoue qu’à plusieurs reprises je me suis sentie révulsée et écœurée. Sans divulguer l’intrigue, je peux juste préciser que les éléments du récits sont inspirés de faits réels, multiples et odieux qui salissent le monde du sport depuis de trop nombreuses années.

Un style dynamique, une enquête ponctuée de multiples rebondissements, des personnages fouillés, intéressants, dont les points de vue divergent et s’opposent, provoquent la réflexion chez le lecteur. Les thèmes abordés sont actuels, riches et complexes. J’ai particulièrement aimé le personnage de Rebecca de Lost, une femme, féministe dans l’âme, confrontée à des situations révoltantes, qui l’impactent jusque dans sa vie privée. De l’or et des larmes est un roman qui se lit très rapidement, qu’on ne lâche pas. Je remercie très sincèrement Jöel des Editions Taurnada, de m’avoir proposé la lecture de ce roman, j’ai grâce à lui pu découvrir la plume d’Isabelle Villain que j’ai beaucoup apprécié.