Le piège – Jean Hanff Korelitz – Le Cherche-Midi – 10/02/2022.

Thriller psychologique d’envergure, le Piège offre une intrigue machiavélique captivante : un très bon roman, même si…

Jacob Finch Bonner a connu le succès comme romancier avant de retomber dans l’anonymat. Il subvient désormais à ses besoins en enseignant l’écriture dans une université du Vermont. Un jour, Evan, jeune étudiant arrogant lui révèle son projet d’écriture. Il s’agit sans aucun doute d’une intrigue prodigieuse, assurée de devenir un best-seller. Les années passent sans que ce roman ne voit le jour, Jacob apprend alors qu’Evan est décédé accidentellement seulement deux mois après leur rencontre. Le roman espéré n’a donc jamais vu le jour. Jacob décide alors de se servir de cette idée épatante pour écrire son prochain roman. Il triomphe : interview, dédicaces, plateaux télé, l’auteur renoue enfin avec le succès. C’est au plus haut de sa gloire qu’il reçoit un mail anonyme : quelqu’un l’accuse d’être un voleur.

Le cauchemar de tout auteur : être accusé de plagiat! Le personnage principal est entrainé dans une spirale de mensonges, d’angoisse, de culpabilité : la gloire a un prix, Jacob « Finch » Bonner le découvre à ses dépends. J.H Korelitz prend le temps d’installer un climat anxiogène, avant d’entrer véritablement dans l’action, et que Jacob réagisse véritablement. Sa réaction première devant les messages anonymes qu’il reçoit via sa messagerie et surtout les réseaux sociaux visibles de tous, est de se taire, de ne pas réagir, on le comprend car ce genre de harcèlement est l’apanage de nombres d’auteurs célèbres (cas avérés à l’appui). J’ai apprécié cette « mise en condition » qui implique une certaine lenteur, je me suis laissée emporter par le récit de vie de Jacob car le style de l’auteure est prenant, son écriture m’évoque celle de Stephen King, faite de digressions tout en restant très fluide.

Lorsque Jacob réagit enfin et se met en quête de son harceleur, le rythme s’accélère mais le récit devient un peu plus confus. Les chapitres alternent entre la vie réelle et la quête de Jacob et le livre qu’il a écrit mettant en scène les deux protagonistes. Lorsque ces deux univers se rencontrent (je reste volontairement obscure afin de ne pas dévoiler l’intrigue), j’ai trouvé que le récit manquait parfois de clarté. Néanmoins, et c’est là le comble, j’ai deviné le dénouement beaucoup trop tôt, et je suis incapable de dire ce qui m’a mis la puce à l’oreille : ai-je lu entre les lignes, y avait-il un élément porteur d’une indication superflue, ou ai-je juste eu un pressentiment, une intuition qui ne m’a pas quittée? Bref je ne sais si je dois être heureuse de ma perspicacité ou déçue : je n’ai pas eu la surprise du dénouement, toutefois j’ai apprécié les explications finales, ainsi que l’intensité des derniers chapitres.

A l’issue de ma lecture, mon impression sur ce thriller psychologique reste vraiment positive car j’ai apprécié l’histoire personnelle de ce romancier, le contexte dans lequel il évolue et surtout le style agréable de J.H Korelitz dont je retiens le nom… Je remercie chaleureusement Babelio pour l’envoi de ce roman dans le cadre d’une opération Masse Critique.