Le silence des repentis – Kimi Cunningham Grant – Buchet-Chastel – 7 avril 2022.

Depuis le décès de sa compagne, Cooper vit coupé du monde dans une cabane du nord des Appalaches avec sa fille de 8 ans, Finch. Un besoin d’isolement né d’erreurs passées qui le ronge et dont sa fille ignore tout. Les seuls êtres qui les relient au monde extérieur sont Scotland, un étrange voisin dont Cooper se méfie fortement, et son ami Jake qui leur apporte des victuailles chaque hiver à la même date. Or cette année, Jake ne vient pas.

Le sujet est intéressant : un homme qui préfère s’isoler du monde plutôt qu’affronter son passé, entraîne avec lui sa fille qui grandit en pleine nature. Ils apprennent à survivre dans ce chalet coupé du monde: chasse, pêche et gestion des denrées ramenées par Jake une fois l’an. La petite ne manque pas pour autant d’éducation puisqu’elle trouve dans les livres un regard sur le monde extérieur, notamment par des ouvrages de poésie. Mais son intérêt s’éveille peu à peu pour cet univers auquel elle n’a pas accès, elle s’interroge et fantasme sur la vie réelle. Le fait que leur ami Jake sur qui ils comptent énormément ne vienne pas les réapprovisionner met en danger leur vie dans les montagnes. Au fil de ses souvenirs, nous en apprenons plus sur Cooper et son passé problématique.

Certaines choses dans ce roman sont positives et d’autres moins. Le style de l’auteure est fluide et les mécanismes liés au réminiscences de Cooper bien articulés. On comprend progressivement ce qui l’a poussé à venir s’isoler au fin fond des Appalaches. La relation père-fille, marquée par l’absence de la mère est souvent touchante et vraie, on souhaite que leur paradis perdure mais on se doute bien que la bulle qu’ils ont créée ne peut qu’exploser.

Malheureusement, j’ai trouvé que ce roman manquait de réalisme : certains aspects, notamment à propos de la vie pratique me semblent improbables, la tournure prise par certaines rencontres également. Le rapport à la nature pour un roman que l’on qualifie de « survivaliste » n’est pas si prépondérant, et les considérations sur le consumérisme de masse bien que présentes sont peu développées.

Ne vous attendez pas un thriller mené tambour battant, mais plutôt à une lecture agréable pour laquelle je remercie Netgalley et les éditions Buchet-Chastel .