Mes archives criminelles – Jacques Pradel – Editions du Rocher – Mai 2022.

Spécialiste en faits divers et affaires criminelles, le journaliste Jacques Pradel propose dans ce recueil une sélection des dossiers qui l’ont le plus marqué. Certaines sont extrêmement célèbres comme l’assassinat de John Lennon ou l’affaire Violette Nozière, d’autres sont trop anciennes pour ma génération et toutefois particulièrement intrigantes. J’ai par exemple découvert l’affaire non résolue du « pain maudit » ou les habitants du village de Pont-Saint-Saint-Esprit aurait été empoisonnés au pain de seigle.

Les récits sont présentés dans un ordre aléatoire, toutefois à la fin du recueil, on trouve une classification des affaires selon différents thèmes : leur impact sur l’actualité (y figure l’effrayante affaire du japonais cannibale qui a tué et dévoré une étudiante néerlandaise à Paris en 1981…), leur caractère non résolu comme le retentissant assassinat en 1984 du producteur de cinéma Gérard Lebovici. D’autres font figure de référence historique comme « les petits pâtés de la rue des Marmousets« , dans laquelle au XVème siècle deux commerçants parisiens confectionnaient et vendaient des pâtés à base de chair humaine… Jacques Pradel évoque également quelques crimes commis à l’étranger, et d’autres regroupés sous le titre éloquent de « liaisons fatales ». Dans cette dernière catégorie, je retiendrai l’épopée sordide d’un jeune couple français à peine sorti de l’adolescence, et qui, inspirés par le film « Tueurs nés » d’Oliver Stone, ont commis plusieurs crimes de sang-froid.

Ce recueil, parmi tant d’autres, revient donc sur des faits divers, certains connus, d’autres moins, témoignant de leur époque, avec notamment un retour sur les premiers attentats terroristes français. Le fait divers m’a toujours intéressée, mais je trouve que dans cette sélection, les récits sont trop brièvement développés (trois à quatre heures de lecture pour la totalité du recueil, soit 26 affaires). J’aurais aimé que les retours d’enquêtes soient approfondis, que l’on apporte des déclarations de témoins ou de protagonistes de l’époque, et que l’on évoque plus en détail les motivations des criminels. Toutefois, la lecture reste intéressante et instructive. Je remercie pour cela #NetGalley et les Editions du Rocher.