Voici les lectures qui m’accompagnent sur cette fin Novembre. Des titres rĂ©cents qui viennent de paraitre et qui pourraient Ă©ventuellement ĂȘtre glissĂ©s sous le sapin…?

Cruels sont les rivages – Eric Le Nabour – Presses de La CitĂ© – Octobre 2022. VoilĂ  trois ans que Laura Delgado a dĂ©missionnĂ© de la police parisienne aprĂšs que son mari, Romain, Ă©galement policier, a Ă©tĂ© tuĂ© en mission. PrĂ©occupĂ©e par l’avenir de ses filles, AngĂšle et Victoire, elle s’est rĂ©fugiĂ©e en Bretagne oĂč vit son pĂšre, ancien docker. Alors qu’elle pensait avoir retrouvĂ© une certaine stabilitĂ©, Laura dĂ©couvre un message suspect sur l’ordinateur de Victoire donnant rendez-vous Ă  sa fille sur une plage de Quiberon. AffolĂ©e, elle s’y prĂ©cipite. Elle y apprendra que les rivages, eux aussi, peuvent ĂȘtre cruels. Pour en finir avec un lourd passĂ©, Laura, redevenue, au grand dam de ses ex-collĂšgues, le « lieutenant Delgado », devra mettre sa vie et celle de sa famille en danger. Et tenter de rĂ©soudre ce mystĂšre : qui Ă©tait vraiment Romain ?
Un roman Ă  suspense, une plongĂ©e en eaux troubles doublĂ©e d’un beau portrait de femme, courageuse et attachante.

Le chalet – Catherine Cooper – L’Archipel – 17 Novembre 2022. 1998. Deux frĂšres, Will et Adam, emmĂšnent leurs petites amies respectives dans une station de ski huppĂ©e des Alpes françaises. Un jour, les deux frĂšres partent faire du hors-piste. Mais, au retour, l’un d’eux manque Ă  l’appel… 2020. Deux couples ont louĂ© dans cette mĂȘme station un chalet de luxe. Quatre personnes liĂ©es, d’une façon ou d’une autre, Ă  l’homme disparu une vingtaine d’annĂ©es plus tĂŽt. Quatre personnes qui toutes cachent des secrets. Et, dans l’ombre, quelqu’un connaĂźt la vĂ©ritĂ© sur ce drame du passĂ©. Quelqu’un qui attend son heure pour frapper. Dans ces montagnes glaciales, l’expression  » cold case  » n’a jamais aussi bien portĂ© son nom… Un suspense dans la lignĂ©e des romans de Ruth Ware.

La Petite – Sarah Perret – Presses de La CitĂ© – Septembre 2022. Jean et sa petite sƓur OphĂ©lie vivent au pied des montagnes de Chartreuse, dans  » la vieille maison « , avec leurs grands-parents Euphoisine et Jules, leur grand-tante SĂ©raphie et leur aĂŻeule, AdĂšle. De leurs parents, l’on ne sait rien, sinon des lĂ©gendes que racontent les cousins. Quand toute la famille est rĂ©unie, pour fĂȘter la fin des fenaisons, des paroles Ă©chappent aux adultes, qui baissent la voix en prĂ©sence de la jeune gĂ©nĂ©ration. La maison elle-mĂȘme, qui a sa gĂ©ographie particuliĂšre, d’en-bas, d’en-haut, comme disent les grands-parents, et ses lieux inquiĂ©tants, la cave et le galetas, semble dĂ©livrer des messages, aux jours de grand vent. Univers autant que personnage du roman, elle enferme les secrets de la famille, tantĂŽt les dissimule et tantĂŽt les rĂ©vĂšle. Au cƓur de la Savoie, dans ce milieu pieux et austĂšre de paysans taiseux, oĂč les jours sont rythmĂ©s par les travaux, les priĂšres et les rituels religieux, les enfants vont dĂ©couvrir au galetas une boĂźte contenant le journal d’une grand-tante dont ils n’ont jamais entendu parler. Et ce sera comme ouvrir la boĂźte de Pandore. Les adultes ont pris le parti de protĂ©ger les enfants en leur cachant les drames de la famille et les liens vĂ©ritables qui les unissent les uns aux autres. Mais, intimement, les enfants pressentent et souffrent. Les secrets eux-mĂȘmes aspirent Ă  se dire. Quel sera l’impact de ces non-dits sur les plus fragiles ?

Sans un bruit – Paul Cleave – Sonatine – Novembre 2022. Auteurs de thrillers Ă©crits Ă  quatre mains, Cameron et Lisa Murdoch jouissent d’une confortable notoriĂ©tĂ© Ă  Christchurch, oĂč ils mĂšnent une existence paisible et heureuse. Certes Zach, leur fils de sept ans, peut ĂȘtre difficile Ă  vivre, mais Cameron et Lisa font face, s’arment de patience. Jusqu’au jour oĂč Zach disparaĂźt en pleine nuit. Fugue ? EnlĂšvement ? Les Murdoch sont bouleversĂ©s, prĂȘts Ă  tout pour retrouver leur fils. Mais lorsque les mĂ©dias s’emparent de l’affaire, une vidĂ©o fait surface : Cameron, visiblement excĂ©dĂ© par une crise de Zach, emportant son fils sous son bras pour le jeter dans la voiture. Et le doute, lentement, s’insinue dans les esprits : aprĂšs tout, qui mieux qu’un auteur de romans policiers peut commettre le crime parfait ?

Publicité