Les oubliés de dieu – Ludovic Lancien – Hugo Thriller, Novembre 2020.

En ouvrant ce roman, je ne m’attendais pas à être happée de la sorte par cette histoire, qui, il faut bien le dire, est des plus sordides : impossible de lâcher ce livre! Ludovic Lancien ouvre une brèche vers un monde sordide et cruel, je vous aurais prévenus!

Un médecin généraliste est retrouvé massacré dans son cabinet près de Paris. Son corps a été éviscéré et atrocement mutilé. L’enquête se porte rapidement sur l’intérêt de la victime pour la tératologie : science qui traite de maladies congénitales provoquant malformations et anomalies anatomiques, d’hommes et de femmes que l’on qualifie vulgairement de « monstres ». Les policiers chargés de l’enquête découvrent dans cette affaire une noirceur humaine sans égale, alors qu’ils sont déjà cabossés par leurs vies privées : la jeune Noémie nourrit de sombres projets de vengeance, et le capitaine Gabriel Darui, dont l’épouse ravagée par un cancer se meurt lentement, est contacté par un ancien « ami » avec lequel il partageait un attrait pour le tourisme noir. Un passé qu’il aurait préféré oublier refait alors surface.

L’écriture fluide et élaborée sert admirablement un récit empreint de rythme et de suspense. Ludovic Lancien ouvre des portes, tant de portes que je me suis à un moment demandé s’il arriverait à toutes les refermer? Et bien oui : l’intrigue se tient et même bien pour en faire un thriller parfaitement addictif et terrifiant! Quels liens y a t-il entre la tératologie, un escargot, la bête du Gévaudan, les combats clandestins et le régime nazi ? Ajoutez à cela une touche de satanisme pour vous donner le ton! L’auteur est parvenu à assembler tous ces éléments pour en tirer une histoire fascinante, sombre et horrible à souhait.

Convaincue par ce roman et par l’écriture de l’auteur, j’ai ajouté dans ma PAL son premier roman « Le singe d’Harlow« , prix Fyctia du meilleur suspense 2019. Je vous en dirai prochainement des nouvelles! Je remercie les Editions Hugo Thriller pour cette découverte.